Breil sur Roya


Télécharger le dépliant de visite et partez à la découverte de la richesse historique et patrimoniale de Breil-sur-Roya.

"Collections sur mesure", moteur de recherche du Ministère de la Culture permet de limiter vos recherches à un territoire à partir d'une cinquantaine de bases de données documentaires.

[Histoire]

Le site de Breil est occupé depuis le Néolithique, comme en atteste les sources archéologiques trouvées sur place. Occupé par des tribus ligures, les romains conquièrent ce territoire à l’époque d’Auguste.
Après avoir été possession des Comtes de Vintimille, Breil passe à la Savoie avec le Comté de Nice en 1388. Après son occupation à deux reprises par les troupes révolutionnaires françaises, la vallée de la Roya revint au royaume de Savoie - Sardaigne en 1814. C'est en 1860 que Breil fut rendue à la France par le traité de Turin.


[Patrimoine et architecture]

Lieu de passage, carrefour et zone frontière, Breil conserve plusieurs vestiges de fortifications médiévales : portes de Gênes, de Nice et de Turin, tours attenantes aux remparts qui ceinturaient la ville (XIe-XIIe siècle), tourelles de garde. La cité a gardé son réseau de rues médiévales étroites.
Les édifices baroques sont nombreux : chapelles de pénitents et église Sancta-Maria-in-Albis, qui a la particularité d’être construite sur un plan centré en croix grecque. Cette dernière renferme de nombreux retables, dont celui dédié à Saint-Pierre-et-Saint-Paul (1507) attribué à un artiste ligure de l’école de Louis Bréa, ainsi qu’un orgue italien du XVIIIe siècle, œuvre du facteur Etienne Revelli.
L'édifice est au cœur d’un ensemble urbanistique influencé par la Ligurie des XVII et XVIIIe siècles.
Les pentes autour de Breil ont gardé les structures en terrasses où poussent les oliviers. Le territoire est jalonné de « casoun », habitat temporaire à l’architecture caractéristique (toit voûté en chapeau de gendarme), et « crotte », similaire au casoun, mais ouvert sur tout un côté, permettant notamment le séchage des figues.
La chapelle Notre-Dame-du-Mont, située au Nord-Est de la cité, entourée d’oliviers, était la première église paroissiale du village. Elle conserve un chevet roman orné d’arcatures lombardes. L’édifice a été agrandi et surélevé au XVIe siècle, date de l’élévation du clocher actuel.

[Hameaux]

Piène-Haute, ancienne enclave génoise, se développe sur une ligne de crête dominant la basse vallée de la Roya.
Les sept hameaux de Libre se développent à mi-pente, sur la rive gauche de la Roya, au sud de Breil.






ImprimerE-mail

Apertura de cuenta bet365.es